Apprentissage de la conduite

L’apprentissage de la conduite

Au début de l’apprentissage de la conduite, toutes les manœuvres doivent être décidées et exécutées au niveau de la décision réfléchie.

Ce qui s’avère laborieux et peu sûr.

Les premières leçons de pratique peuvent être épuisantes.

Au fur et à mesure de l’acquisition de pratique et d’expérience, le conducteur a de moins en moins besoin de réfléchir pour exécuter les tâches fondamentales.

Dès lors, la réflexion sert d’organe de contrôle et permet de déclencher des réactions qui, situées au niveau inférieur, se dérouleront d’après un schéma bien précis.

Des expériences répétées

Le but de l’apprentissage est de créer par des exercices et des expériences répétées des programmes d’automatismes pour l’ensemble des principales réactions qui sont nécessaires derrière un volant.

Ils formeront la base réelle de la dextérité de l’automobiliste.

Si vous repreniez en tant que conducteur expérimenté le parcours de vos premières leçons, vous pourriez sentir la différence entre une conduite réfléchie et laborieuse et la routine acquise par automatisation.

Par contre, de tel automatismes peuvent difficilement être modifiés.

Notre système nerveux n’est pas prévu pour réapprendre autrement.

C’est la raison pour laquelle la formation est une affaire de professionnels.

Ce qui vous permet d’éviter de prendre de mauvaises habitudes dès vos tout premiers essais de conduire.

Avoir les bons réflexes

Les bons réflexes ne sont pas une aide efficace puisqu’ils sont presque toujours sans lien direct avec la voiture.

Ils se sont formés durant des millions d’années, alors que la voiture n’existait pas encore.

Parfois, ils sont même dangereux.

Le réflexe inné de tendre les bras et les jambes dans un moment de panique provoque chez l’automobiliste en une situation critique, une pression incontrôlée sur la pédale des freins.

Les conducteurs de motos également ont parfois, dans des situations critiques, des réactions trop fortes ce qui provoque un blocage de la roue arrière.

Le système ABS a été développé a fin d’atténuer ce réflexe dangereux par des moyens techniques.

Des réflexes instinctifs

C’est la réaction la plus immédiate qui se déroule en centièmes de secondes.

Ces réflexes sont innés et ne peuvent pas être contrôlés ou adaptés volontairement.

Les pupilles se ferment ou s’ouvrent suivant l’intensité de la lumière qui les frappe.

Aussi, dans des situations spécialement critiques un phénomène de blocage chimique se produit.

Et le temps de réaction sera encore considérablement prolongé.

Auto Ecole Nicolas